Vingt ans en 40

Extraits des ouvrages Vingt ans en 40

Contenu de la page

La 2eDB

En septembre, nous quittons la Libye, pays sous occupation britannique, pour revenir en Afrique du Nord sous pouvoir français, près de Casablanca à Fédala, de nos jours Mohammedia.

Maintenant que nous sommes dans un pays où l’on retrouve une vie à la française, nous apprécions d’avoir une nourriture et une boisson plus familière… le pinard ! Il est préféré au thé ; les plats sont plus variés, nous n’avons pas à nous plaindre, compte tenu du contexte ; ce serait mal venu.

Fin de la 1ère DFL

Désormais il n’y a plus qu’un seul pouvoir. Il devient logique de fusionner les deux armées. La 1ère DFL – Division de la France libre –devient la 2eDB – Division blindée – après un regroupement avec d’autres régiments issus des forces sous commandement du général Giraud. Cela ne s’arrête pas là, il faut aussi mêler les hommes. J’en fais les frais. Je suis jugé inapte, en raison de ma vue, à rester dans une unité de blindés. Je suis muté dans un régiment de transmissions qui n’était pas issu des FFL. L’amalgame a réussi pour la nouvelle organisation au niveau de la base ; il n’en a pas été de même partout, et semble-t-il, aux échelons supérieurs. Des officiers ayant servi dans l’armée dépendant de Vichy, acceptent mal le nouveau pouvoir. De Gaulle n’est pas populaire dans certains milieux, cela se répercute en bas de l’échelle. Dans mon régiment, les ex FFL mettent une croix de Lorraine pour marquer leur différence, car les uniformes made in England, sont remplacés par celui que portent les GI. D’autres, qui ne sont pas ex-FFL, font de même pour afficher leur sympathie. Cette pratique devient interdite, sauf pour ceux qui se sont engagés avant le 31 mai. Comme je l’avais été le 27 mai, je pus continuer à l’arborer. Une autre décision doit être prise, elle concernait la solde. Les FFL percevaient la même solde que les Britanniques, bien supérieure à celle perçue par les Français à titre pérenne. Je n’ai bénéficié quant à moi que peu de temps de cet avantage, mais je me suis rappelé que j’étais devenu fonctionnaire. Étant désormais dans une armée normale, j’ai demandé et obtenu de percevoir la différence.

Il n’y a plus qu’une seule armée française en ce qui concerne les hommes, mais tout le matériel et l’équipement sont américains. Dans ma compagnie, il y a des gens originaires d’AFN et des exilés de la Métropole tels que moi, parmi lesquels ceux qui ont réussi à quitter l’Hexagone après l’occupation intégrale de notre pays, en passant par l’Espagne. Ils ont dû faire un plus ou moins long séjour dans des camps dans lesquels l’hébergement et la nourriture laissaient beaucoup à désirer. Ils étaient relâchés au bout d’un certain temps suite à des tractations, dit-on, avec les Américains, qui avaient toujours des relations diplomatiques avec l’Espagne. Le vent tournait et Franco devenait plus soucieux, probablement pour son avenir.

L’armée française devient mixte, elle a mobilisé les femmes âgées de moins de trente ans, célibataires ou mariées sans enfants ; ce sont les AFAT – Auxiliaires féminines de l’armée de terre –. Dans les transmissions, le grand patron étant le général Merlin ; on les appelle les Merlinettes. Les merlinettes ont aussi été affectées aux transmissions et ont participé à la campagne d’Italie et de France. Elles sont affectées dans les bureaux ou les services de santé, ambulancières entre autres, ce qui fait qu’on voit plus souvent des femmes prenant des leçons de conduite auto que des candidats du sexe fort – surtout pour rouspéter à ce sujet –.

76 / 100
0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à la page d'accueil
    Retour en haut