Plume de poids

La Makhnovchtchina

Nestor Makhno, paysan d’Ukraine anarchiste-communiste

Nestor Makhno I
Nestor Makhno II
Nestor Makhno III

UKRAINE

Crimée, Donbass, Bakhmout, Kiev, Kherson, Donetsk, Kharkiv, Dnipropetrovsk (Ekaterinoslav), Marioupol, Mykolaïv, Odessa, Zaporijia, mer Noire, mer d’Azov… Cette terre a toujours été un lieu de passage depuis les conquêtes barbares, voire bien avant en ce qui concerne la Crimée. Depuis la guerre déclenchée contre ce pays par la Russie le 24 février 2022, ces noms de lieux sont devenus familiers pour la plupart des gens comme le sont ceux de Lénine, Trotski, Nicolas II, Dénikine, Wrangel, Kropotkine, Bakounine, et… Joseph Kessel. Lors de la Révolution d’Octobre 1917, des paysans d’Ukraine, anarchistes-communistes, une armée menée par Nestor Makhno se battait pour un autre projet de société que celui voulu, puis imposé par les bolcheviques. Le lecteur trouvera dans ces ouvrages le récit écrit par Nestor Makhno lui-même de ce qui aurait pu modifier la face de l’ancien Empire russe, et celle du monde. Nous y verrons la fabrication de la légende noire fabriquée jusqu’à Paris, notamment le rôle peu glorieux de Joseph Kessel lorsqu’il tenta de faire accroire l’antisémitisme de Makhno dans son ouvrage Makhno et sa Juive. Le lecteur côtoiera également les anarchistes français, espagnols, américains, et leurs figures tutélaires, Durruti, Godwin, Berkman, Voline, Archinov, Lecoin, Faucier, May-Picqueray, etc. Tous ont eu un contact avec Nestor Makhno. Qui veut comprendre la situation de la guerre russo-ukrainienne depuis 2022 se doit de se procurer cet ouvrage. Inclus les Mémoires de Nestor Makhno en trois volumes.
***
Au total 865 pages de notre Histoire.

Vingt ans en quarante

Vingt ans en 40
André Bicard
1920-2020
Membre de la 1ere DFL

J’ai raconté dans mes souvenirs des années noires comment je les ai vécues. Il me faut ajouter quelques impressions au fil des événements, en commençant par le premier, lors de mon engagement dans les FFL à la fin du mois de mai 1943. Je me revois à Kairouan le lendemain de mon arrivée entendre une allocution du général Leclerc justifiant la raison du

« Pourquoi nous combattons ? »

Il avait déjà une certaine notoriété due à un fait d’armes daté de mars 1941. À la tête d’une colonne de quelques centaines d’hommes africains et européens, il avait chassé les Italiens d’une localité qu’ils occupaient dans le sud de la Libye. Cela est resté dans l’histoire sous le nom de

« Serment de Koufra »

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à Plume de poids
    Retour en haut