romans

Gestes d’Armorique III

22,00 

Description

La suite de la geste d’Armel et Tristan, ar govoù, forgerons en leur état de naissance. Elle les conduit de Bretagne à Paris, de Saint-Calixte-de-Cysoing à Vienne, et de Vienne à Paris, de Paris à Nantes, et autres lieux. Moult rencontres jalonnent leurs routes, à commencer par des souveraines d’exception, Aliénor d’Aquitaine, Constance de Bretagne et Ingeburge de Danemark, la deuxième épouse de Philippe II. Tout n’est pas repos en ces temps anciens où s’affrontent les intérêts des souverains, Philippe en Francie occidentalis, Jean sans Terre, nouveau roi d’Angleterre après la mort de son frère Richard, Philippe de Souabe et Othon de Brunswick en Germanie. Enfin, le pape Innocent III, toujours en quête de pouvoir absolu sur les royaumes et l’empire, est toujours à la quête d’une nouvelle croisade, on disait à l’époque voiage. Gestes d’Armorique, ouvre un regard nouveau et éclaire cette période du XIIe et du XIIIe siècle naissant, d’où va émerger une classe sociale nouvelle, notamment en Francie, où le roi Philippe II permettra aux clercs et au peuple des petites gens d’accéder aux plus hautes responsabilités de l’État. Gestes d’Armorique a été honorée d’une préface de Joël Cornette, Grand prix d’Histoire de l’Académie française.

Vous aimerez peut-être aussi…

Gestes d’Armorique II

22,00 

Description

En cet hiver de février 1194 redoutable pour les hommes, pour les terres, et pour les bêtes. Henri avait rejoint les cieux il y avait déjà un long temps. Son fils fut le corloyeur de Marie sa mère, régente du comté ; Thibaut était encore en son âge de damelot. Icelui nous guettait depuis un long temps en haut d’une colline, aux marches de Champagne. Il ne manqua pas de nous accueillir à grand renfort de brassées. Mais il n’avait que la seule hâte de nous voir départir au plus loin, et mettre ainsi plus grande distance entre nous et l’Anglois, tant le comté aurait pu être rapidement envahi par Richard et sa merdaille, mettant ainsi en difficulté un fidèle du roi Philippe. Marie ne voulait surtout pas subir dans son fief la picoree, droit de pillage légal que le roi Philippe avait accordé à Richard, condition exigée pour son retour en Angleterre sans autres vilenies qu’icelle. Comme Richard était peu enclin à tenir parole s’il nous savait encore dans la cité de Troyes, nous ne pouvions, Tristan et moi, que partager l’avis de la comtesse. Gestes d’Armorique a été honorée d’une préface de Joël Cornette, Grand prix d’Histoire de l’Académie française.

Informations complémentaires

Poids 0,517 kg
Dimensions 15,6 × 2,5 × 24 cm

Vous aimerez peut-être aussi…

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à Plume de poids
    Retour en haut